L’impact du climat sur la construction au Québec

Différents climats, différentes contraintes?

La province du Québec et son immense territoire, avec sa diversité géographique et ses variations climatiques marquées, pose des défis uniques en matière de construction. Du climat continental humide de la région de Montréal aux hivers rigoureux et enneigés des régions plus au nord, chaque climat a un impact significatif sur la manière dont les bâtiments sont conçus, construits et entretenus. Dans cet article, nous explorerons les défis et les considérations liés aux différents climats qui influencent la construction au Québec.

Climat continental humide

La région de Montréal et la vallée du Saint-Laurent sont caractérisées par un climat continental humide , qui se traduit par des hivers relativement doux et des étés modérés. Cependant, les précipitations abondantes et les variations rapides de température peuvent mettre à rude épreuve les matériaux de construction. Les bâtiments doivent être conçus pour résister à l’humidité constante et aux conditions météorologiques changeantes. L’utilisation de matériaux résistants à la corrosion et à l’humidité, ainsi que des systèmes d’étanchéité de haute qualité, est essentielle pour assurer la durabilité des structures.

À mesure que l’on s’éloigne du fleuve Saint-Laurent et que l’on se dirige vers l’intérieur des terres, le climat se corse peu à peu. Les régions comme Québec et le Saguenay connaissent des hivers plus froids et des étés plus frais. Les bâtiments doivent être conçus avec une isolation thermique supérieure pour faire face aux variations de température extrêmes. Les toits en pente sont courants pour empêcher l’accumulation de neige, tandis que les matériaux de construction doivent être choisis en tenant compte de leur résistance au gel et au dégel.

zones climatiques canada
Le Code national de l’énergie pour les bâtiments (CNÉB) a divisé le Canada en six « zones climatiques » de la plus chaude à la plus froide : 4, 5, 6, 7a, 7b et 8.

L'Abitibi et la Côte-Nord

Les régions nordiques du Québec, comme l’Abitibi-Témiscamingue, font face à des conditions climatiques plutôt dures. Les hivers sont longs, rigoureux et caractérisés par des températures considérablement froides. La construction dans ces régions nécessite des techniques spéciales pour résister au gel et au dégel constants. Les fondations doivent être construites en tenant compte de la profondeur du gel du sol, et l’isolation thermique doit être de première importance pour minimiser les pertes de chaleur.

Zones 7a, 7b et 8

Le nord du Québec, comprenant des régions comme le Nunavik, connaît un climat subarctique et arctique, avec des hivers extrêmement froids et des étés courts. La construction dans ces régions présente des défis uniques en raison des matériaux limités disponibles localement et des difficultés logistiques pour acheminer les matériaux de construction. Les bâtiments doivent être conçus pour une isolation maximale et une résistance aux conditions climatiques extrêmes.

Le climat, un élément important à considérer

En somme, l’impact des différents climats sur la construction au Québec est un élément crucial à prendre en compte lors de la conception et de la réalisation de bâtiments dans la province. Chaque région présente ses propres défis, que ce soit la résistance à l’humidité dans les climats humide, l’isolation thermique dans les climats continentaux ou la résistance au gel dans les climats subarctiques. En comprenant les spécificités de chaque climat, les ingénieurs et les architectes peuvent concevoir des bâtiments durables et fonctionnels qui résistent aux conditions météorologiques extrêmes du Québec.

Plus de nouvelles

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email